© Lucas

Communiquer ses émotions

Les Chinois qui parlent le mandarin sont plus susceptibles de reconnaître les émotions dans la voix des autres. Les Nord-Américains anglophones se fient davantage aux expressions faciales. L’étude réalisée à l’Université Mc-Gill (Canada) et publiée dans la revue scientifique Neuropsychologia révèle que ces différences culturelles et linguistiques sont si profondément ancrées qu’on peut non seulement les observer dans les comportements, mais également au niveau de l’activité cérébrale. Les chercheurs ont mesuré l’activité cérébrale des participants à l’aide d’électroencéphalogrammes (20 parlant le mandarin, 19 l’anglais, tous résidant à Montréal) pendant qu’ils leur demandaient de reconnaître les émotions exprimées dans une série de signaux vocaux et faciaux. Une autre étude révèle que les signaux visuels jouent un rôle beaucoup plus important dans la compréhension des émotions transmises par la musique que celles transmises par la parole.

Source : communiqué de presse McGill University (mardi 24 février 2015)

Partager cet article

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Ecrire un commentaire

  • Connexion

    Cet article peut vous interesser

    Le dernier magazine à la une

    Prisme

    Facebook

  • Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs.
    Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
    En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies.